« Je me sens comme dans un cocon, tellement bien »

Gones sport a eu la chance d’interviewer Raphaelle Honnorat dans le cadre de se participation au Rallye des Princesses. Elle raconte ici sa passion pour l’automobile ainsi que la place des femmes dans ce domaine.

Elliot Rogliardo : Depuis quand vous intéressez vous à l’automobile ?

Raphaëlle Honnorat : Mon père adorait les voitures, les Porsches surtout. J’avais 10-11 ans quand je suis montée pour la première fois dans sa première Porsche, une 924 rouge ! Des années et des Porsches plus tard j’ai eu la mienne.

E.R : Qu’est-ce qui vous passionne dans l’automobile?

R.H : Je me sens comme dans un cocon, tellement bien, ce petit habitacle, le compte tour juste en face, l’odeur du cuir et du moteur et enfin le bruit qui donne le sourire et l’envie de rouler sans fin. Les sensations dans ces petites voitures de sports sont fantastiques et les vitesses restent raisonnables.

E.R : Depuis quand faites-vous des courses ? Avez-vous déjà participé au Rallye des Princesses ? (Si oui, quels souvenir en avez vous tiré ?)

R.H : Avec mon mari nous avons faits quelques rallyes dont le tour de Corse historique 2 fois. J’ai participé au Rallye des Princesses en 2017 avec une mgA Twincam de 1959, malheureusement nous avons cassé l’embrayage avant St Tropez , nous avons quand même fini le rallye avec une 911 type g 3l2. Mais j’ai un souvenir des 21 lacets (je crois) de l’alpe d’huez merveilleux ! Une bagarre avec ma petite mg À, pour rester dans les tours pour la faire tourner…elle est montée super bien….un régal ! L’automobile c’est aussi l’histoire des hommes, ces vieilles autos ont été fabriqués par des passionnés, ils en ont fait des œuvres d’art pour certaines, les 356A ont une ligne magnifique, les Austin Healey, sans parler des italiennes ! Dans ma mgA je suis assise sur une planche en bois et tout les boutons sont en Bakélite, pas de plastique ! Ce rallye est magique, le fait d’être qu’entre femmes lui donne un côté glamour qu’on ne retrouve pas dans les autres rallyes. C’est un mélange de légèreté (et oui le vernis à ongles doit être assorti à la voiture !) et de rigueur. Il faut rester concentré tout le long sur le road book, le timing, être attentive à la voiture et ses constantes, même bien préparée elle peut nous réserver des surprises !

E.R : Quel est votre objectif sur la course à venir (Rallye des Princesses) ?

R.H : L’objectif premier est d’arriver sans panne ! De profiter aux maximum de tous ces instants, cette année je le fais avec ma belle sœur, le faire en famille c’est encore mieux et si on arrive à se classer dans les 20 premières ça sera super !

E.R : Pensez-vous qu’un jour il sera possible de voir des compétitions mixtes entre hommes et femmes au plus haut niveau dans le monde de l’automobile ? (Formule 1 ou WRC par exemple)

R.H : Je ne sais pas pourquoi il y a si peu de femmes en course automobile… Les pilotes, à une époque étaient prêts à mourir sur le circuit, il y a peut être des limites que les femmes, de part leur nature, ne peuvent pas dépasser, l’instinct de survie, de protection… je ne sais pas. Mais aujourd’hui c’est différent, il faudrait que les écuries de course prennent le risque de prendre des femmes.

Pub Expe sur Gones Sports

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.